Banniere bayenghem 2015

Le village est connu dès l'an 877.
Il fut plus tard l'un des domaines des comtes de Guînes et fut érigé en seigneurie vicomtière par Maximilien de Bourgogne, seigneur de Tournehem, en 1542. Puis Charles Quint en fit une baronnie en 1545, en faveur de Jehan de Norhout qui y possédait le fief de ce nom.

En 1396, lors de la remise de la Princesse Isabelle de France à Richard d'Angleterre, le château de Bayenghem abrita le duc de Berry.
En 1863, sont découverts par hasard, des puits creusés dans une épaisse couche de sable et entière­ment comblés avec des débris de poterie, d'armes, d'ossements d'animaux et de cendres mêlées de char­bons de bois. D'après l'opinion majoritaire, ces puits auraient été creusés à l'époque païenne où les Gai-lo-Romains brûlaient les corps. Ils auraient donc servi à recueillir les urnes contenant la cendre et les restes des corps après incinération ou également servir de fosses communes aux Romains.
Avant de devenir « Bayenghem-lez-Eperlecques », la Commune a changé souvent de nom. En voici quelques-uns :
1084 : Baingehem, Bainghehem, Baingahem et Bahingahem
1129 : Bainghem
1214 : Baninghem
1285 : Beinghem
1303 : Baingehem
1311 : Bavinghem
1431 : Bainghehem-lez-Esperlecke
1542 : Bainguen et Bainghen-lez-Esperlecques
1578 : Baynghen
1640 : Baynghem-lez-Esperlecques

En 1789, la fortune grâce aux cerises

Bayenghem, à un quart de lieue d'Eperlecques, petit village, couvert de cerisiers, nous donne un exemple unique de progressions économiques.
Nous avons connu de nos jours des particuliers, à qui leurs ancêtres n'avaient lais­sé qu 'un petit domaine et un âne, et qui ont rendu à leurs enfants au bout de 30 ans passés dans une économie la plus constante, une fortune de vingt mille livres, gagnée pour la plupart à vendre des cerises.
Aujourd'hui encore, les habitants de Bayenghem ont le même respect pour les ce­risiers que nos anciens druides avaient pour les chênes sacrés.
On en abat jamais aucun, à moins qu'il ne soit déclaré mort ou en tout cas, atteint d'une maladie incurable.
Les habitants de Bayenghem sont laborieux, économes et fort sensibles à la perte mais les descendants de ces modèles d'économie, commencent à vouloir quitter leurs échelles de bois, et sitôt qu'une mode nouvelle arrive à Saint-Omer, elle passe directe­ment à Bayenghem. »

Extrait de l'almanach d'Eperlecques

Bayenghem-lès-Éperlecques
s
ur WIKIPEDIA

*******************************

Évolution démographique
En 2010, la commune comptait 922 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du xxie siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année.

Pyramide des âges
La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 24,5 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 10 %) ;

  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 21,9 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 10,7 %).

 (source WIKIPEDIA)

plus d'info cliquer ICI

Bandeau bas 6